YOGA BORN
               YOGA BORN                                                                                                                   

Hatha Yoga expliqué

« Yoga de la ténacité » ou

« Yoga de la vive force »

 

Le hatha-yoga , est une forme particulière de yoga qui a été codifiée en Inde, avant d'atteindre, au xxe siècle, l'Occident. Il concerne principalement l'éveil spirituel par les postures correctes, la discipline du souffle et la méditation.

 

Une interprétation symbolique répandue fait du hatha-yoga l'union du soleil (ha) et de la lune (tha) , « c'est-à-dire de toutes les dualités.

 

En Inde, la plus ancienne pratique du yoga doit ses lettres de noblesse au Yoga classique ou Rāja-yoga, qui a pour but la libération spirituelle de l’être humain.

Le Hatha-yoga, lui, est une forme plus tardive de Yoga élaborée par les Nâtha ou Siddha-yogis vers le xiie sciècle, et recherchant la perfection corporelle comme moyen d'accès à la libération spirituelle. 

En novembre 2014, le Premier ministre indien Narendra Modi crée un Ministère du yoga, dont les prérogatives s'étendent aussi aux médecines traditionnelles indiennes : ayurveda, unani et siddha, incluant aussi l'homéopathie et la naturopathie.

Aujourd’hui, plus de 3 millions de personnes pratiquent le yoga en France.

Patañjali, dans ses Yoga Sūtra, énumère huit membres du Yoga, à savoir : 

  • āsana (les postures), 
  • prāṇāyāma (contrôle du souffle vital), 
  • pratyāhāra (rétractation intérieure des sens), 
  • dhāraṇa (concentration), 
  • dhyāna (méditation), 
  • samādhi (contemplation préparant la libération spirituelle).

 

La pratique indienne du Haṭhayoga s'attache à développer le contrôle du souffle (prāṇāyāma) et la stabilité des postures (āsana) qui peuvent s'enchaîner en séquences quasi chorégraphiques telle la Salutation au Soleil.

En Occident, la grande majorité des séances de yoga s'articule autour d'un certain nombre de postures organisées selon les niveaux des participants et l'objectif de la séance.

La respiration peut être rythmée au sein des postures ou concentrée pendant un temps privilégié.

La séance se termine généralement par un moment de relaxation.

Ces trois constituants peuvent être disposés de manière très différente selon les écoles, le moment de la journée, l'âge et l'attente des participants.

La pratique occidentale du haṭha yoga se veut une recherche de l'unité de toutes les modalités physiques et psychiques qui composent l'être humain.

La pratique met l'accent sur l'expérimentation d'opposés complémentaires, tels

  • féminin / masculin,
  • mouvement / immobilité,
  • inspiration / expiration,
  • résistance / lâcher-prise.

 

Toute posture que le corps peut adopter sera du yoga tant que l’intensité respectera le contentement qui ressortira de cette pratique.

La non-violence envers son propre corps, l’humilité, sont des principes qui évitent de confondre yoga et acrobatie.

Les postures peuvent être statiques. Quand elles sont dynamiques, elles peuvent se pratiquer selon un enchaînement précis, souvent selon un ordre respiratoire particulier.

Il faut une certaine expérience pour prendre une posture dans une détente « structurée », avec une respiration régulière ainsi qu’un bon alignement vertébral coordonné avec les alignements des autres segments corporels.

 

Les postures ont un impact

  • En termes d’étirement, ce qui favorise un assouplissement musculaire et soulage les douleurs issues des tensions.
  • En termes de massage des organes internes, par compression et décompression successives
  • En termes de concentration et d’une certaine connaissance de soi, pour pouvoir contracter les muscles nécessaires à l’architecture de la posture ou au contraire détendre ceux qui s’y opposent.

Les divers mouvements et positions nécessitent une complète présence au geste ainsi qu'un patient engagement afin de coordonner tous les éléments qui y sont mis en jeu.

 

L'assouplissement.

Comme d'autres formes d'entraînements physiques, la pratique régulière du Haṭha yoga permet de conserver ou de récupérer une capacité d'amplitude dans les mouvements. La souplesse est très différente d'une personne à l'autre, selon, par exemple : l'âge, le mode de vie, et d'éventuelles pathologies (traumatismes ou rhumatismes), etc. Elle peut varier sur une même personne, d'un jour à l'autre, d'une articulation à l'autre, ou selon la latéralité.

 

Le renforcement musculaire.

Une fois passée la période de la petite enfance (4-5 ans), le mode de vie actuel n'entretient plus suffisamment la musculature, qui tend à s'affaiblir. Il y a donc un entretien à mettre en place favorisé par le travail postural.

 

Deux sortes de contractions peuvent être mises en jeu :

  • Les contractions dynamiques :

Elles se rencontrent pendant les mouvements. Des contractions musculaires entraînent ou freinent les mouvements. Ainsi dans une flexion en avant, la contraction des extenseurs de hanche provoquera la remontée du buste. L'attention permet de relâcher ces mêmes extenseurs pour permettre la descente en douceur.

  • Les contractions statiques :

Une fois qu'une position a été prise il n'y a plus de mouvement et son maintien demande une contraction musculaire sélective. Si des muscles non indispensables au maintien de la position ont été sollicités, la posture manque de grâce et devient épuisante. Maintenir la posture tout en prêtant attention à ce qui se passe dans le corps va permettre d'affiner et d'ajuster le geste en libérant des tensions inutiles. En bout de ligne, le terme āsana devient synonyme d'aisance.

 

Le muscle

Il est à la fois contractile et élastique. Si dans une posture un muscle est étiré, un certain allongement se produit, qui peut être durable. La plupart des muscles du corps peuvent devenir des entraves au mouvement, soit parce que leur enveloppe aponévrose est rétrécie, soit parce que leurs fibres sont dans un état de contraction musculaire (tonus) trop important et s'opposent aux étirements ; le stress entraîne souvent une contraction rémanente qui devient inconsciente et permanente (épaules hautes, mâchoires serrées).

 

L'articulation

Le cartilage est un tissu destiné à protéger l'os qu'il recouvre. Il permet ou limite la mobilité de l'articulation. Sa surface lisse permet le glissement d'autres surfaces équivalentes. Si les contraintes qu'il reçoit dépassent son seuil de résistance, il peut être lésé : aminci ou fissuré.

Les tissus qui entourent directement l'articulation : les capsules et les ligaments, assurent passivement le maintien des articulations tout en permettant les mouvements propres à chacune.

cerveau de leurs éventuels étirements lors des mouvements.[réf. nécessaire]

Dans une posture, le muscle peut se trouver dans trois états :

 

La détente

Pour un relâchement optimal du muscle, il faut que l'articulation mobilisée ne soit ni en besoin de maintien, ni en risque de luxation. La posture classique de relaxation est śavāsana.

L'étirement

Quand il est actif, l'étirement éloigne les points d'insertion du muscle dans la limite d'une impression bénéfique, sans rapport avec la sensation de déchirement ou de brûlure. Cette situation amènera un assouplissement, si le rythme de l'exercice est lent.

La contraction

Lorsque le muscle se contracte, il tente de rapprocher ses points d'insertion. En fait, bien souvent lors de sa contraction le muscle subit un étirement latent, soit par son antagoniste, soit par la gravitation. Quand le muscle agoniste se contracte, automatiquement son antagoniste (qui produit le mouvement contraire) se détend.

 

La respiration

Les quatre phases de base de la respiration sont explorées :

  1. l'inspiration,
  2. la rétention poumons pleins,
  3. l'expiration,
  4. la rétention poumons vides.

Ces techniques de prāṇayāma permettraient le développement de la concentration en diminuant la dispersion mentale, et lorsqu'une base de recueillement suffisante a été établie, le corps et l'esprit pourraient acquérir une vigueur et une vitalité nouvelle en puisant à même l'énergie du prāṇa.

Elles favoriseraient aussi l'aptitude à supporter les stress par la prise de conscience du rythme irrégulier de la respiration, pour la ramener vers un rythme plus lent.

Respecter l’ordre d’un enchaînement de postures nécessite d'entraîner sa concentration, et incite le pratiquant à s’interroger sur la logique du fonctionnement de la mécanique corporelle. Coordonner l’inspiration avec les mouvements demande plusieurs mois. Classiquement la coordination de la respiration avec les mouvements et positions reste dans la logique de la plupart des sports : l'inspiration accompagne les mouvements et positions en ouvertures, et l'expiration les mouvements ou position en fermeture

 

La relaxation

On pourrait dire de la relaxation que est un entraînement à la méditation. Cette phase, qui conclut généralement la séance, s’accomplit en position assise ou allongée, et vise l’éclosion d’un sentiment de paix. Elle s’accompagne d’une respiration lente et profonde, de suggestions, ou de sons très doux.

La relaxation prépare à la méditation.

 

La méditation

La concentration posturale ou respiratoire va inclure des aspects divers comme la vitesse, l'adresse et la coordination.

Du point de vue du yoga, persévérer dans la stabilité posturale, favorise la concentration et à la longue favorise une stabilité psychologique.

La pratique régulière des postures et du souffle déployée dans une ambiance tranquille et sans compétition, conduit à un moment de silence, d'arrêt des perturbations du mental.

En cela, le haṭha yoga est considéré comme une phase préparatoire à la méditation profonde.

À un niveau intermédiaire, le pratiquant persévérant commence une connaissance de soi où progressivement vont apparaître les habitudes qui entretenaient des pensées ou des attitudes négatives.

Lorsque les pratiques (posturale, respiratoire ou autre) deviennent à leur tour objet de méditation, concentration et stabilité mentale ont atteint un niveau certain de qualité. La méditation occupe une place plus importante que les autres pratiques, le corps étant libéré de ses tensions.

À un niveau de pratique très poussé, l'illusion des projections et identifications personnelles disparait, permettant au Soi de se révéler dans sa véritable nature.

La concentration perd de son caractère volontariste pour devenir attention sans intention. Progressivement cette attention s'intègre à tous les instants de la vie, même dans les plus petits événements. Le devoir quotidien perd de sa pesanteur, en permettant l'ouverture au discernement et à l'humilité.

 

L'approche YOGA BORN

Une approche intégrative

Christelle BORN est Enseignante en Yoga de la Fédération Française des Ecoles de Yoga, Psycho-somato-thérapeute membre de la Fédération Européenne du Docteur Meyer, diplômée d'Etat en Master Universitaire en Philosophie-Psychanalyse et Licenciée en Sciences de l'Education, éducation à la santé. Sensible à l'attention corporelle par la danse, la gymnastique au départ et d'autres disciplines martiales, et au bien-être psychique de part  sa longue route en formations thérapeutiques.  Aujourd'hui reconnue pour avoir travaillé aussi bien sur le domaine mental que le ressenti corporel, en échange avec des médecins, des kinésithérapeutes, des sages-femmes, et enseignantsVincennes

Yoga à Alemana Danse Vincennes

 

De débutant à expérimenté, en niveau adaptatif

Plaisir - Prévention santé - Bien-être

YOGA BORN

VINCENNES

 

Métro Saint-Mandé

Métro Bérault

RER A 

 

PRATICIENS EN BIEN-ÊTRE, me contacter si vous cherchez un espace pour vos soins individuels :)

Christelle BORN

Tél: 06.58.24.61.80

Mail : christelleborn@gmail.com

Rejoindre Christelle BORN

Sur Facebook :)

Approfondissement

Psycho-Somato :

http://psy-born.fr

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© YOGA BORN - Dénomination enregistrée au Greffe du tribunal des commerces et des sociétés

Appel

Email

Plan d'accès